"Qui se ressemble s'assemble" mais pourquoi?

May 20, 2016

 

Le célèbre dicton "Qui se ressemble s'assemble" est scientifiquement fondé : il apparaît dans la littérature que les êtres humains ont tendance à être attirés par les personnes qui leur ressemblent. En psychologie sociale, ce phénomène est appelé "principe d'appariement". Il désigne le fait que les personnes ont tendance à être attirées par des individus ayant les mêmes caractéristiques physiques, sociales et intellectuelles qu'elles. On trouve alors des facteurs de ressemblance tels que l'âge, le domaine d'étude, le niveau socio-économique, la personnalité ou l'origine ethnique.  

 

Pour expliquer ce phénomène, 4 théories peuvent être avancées : 

 

 

1. La théorie du renforcement

 

Selon le courant comportementaliste, si les individus sont attirés par les personnes qui leur ressemblent, c'est parce qu'ils sont renforcés dans leur identité, dans leurs actes et dans leurs pensées. Le fait d'être apprécié voire aimé par quelqu'un qui partage les mêmes caractéristiques agit comme un renforcement positif. A contrario, côtoyer des personnes plus intelligentes, plus riches, plus belles aurait un effet négatif sur l'estime de soi.

 

2. La théorie de l'équilibre

 

Prenons l'exemple de Julie et Marc. Julie aime passer une grande partie de son temps libre à pratiquer des activités culturelles, alors que Marc, déteste cela. On peut donc dire qu'il y a un déséquilibre entre les deux intervenants et l'objet psychologique, dans ce cas-ci, la façon d'occuper les temps de loisirs. Julie a alors trois possibilités pour retrouver l'équilibre : (1) changer d'avis par rapport aux activités culturelles, (2) convaincre Marc que les activités culturelles constituent un excellent loisir ou (3) laisser tomber Marc. Si les activités culturelles constituent une dimension importante de la vie de Julie, il y a beaucoup de chance qu'elle choisisse de ne pas poursuivre sa relation avec Marc. Si elles ne le sont pas et si Julie et Marc se ressemblent sur des points plus importants pour eux (ex : croyance religieuse, niveau d'étude, buts de vie à long terme, etc.), ils poursuivront leur relation ensemble. Il y a plus de chance de poursuivre une relation amoureuse avec une personne qui partage les mêmes dimensions essentielles car il n'y aura pas de rééquilibre majeur à trouver. 

 

3. La théorie  de la ressemblance comme conséquence 

 

La ressemblance entre les partenaires pourrait être une conséquence de la relation plutôt que la cause. En effet, il a été démontré que les personnes qui établissent des liens interpersonnels se ressemblent de plus en plus au fil de leur relation. Ceci s'explique par l'influence mutuelle que les partenaires exercent naturellement l'un sur l'autre. 

 

4. La théorie des niches de développement 

 

Il s'agit d'une théorie environnementale qui stipule que si les personnes qui se ressemblent s'assemblent, c'est parce qu'elles ont plus de chance de se rencontrer. En effet, les personnes qui se ressemblent fréquentent  souvent les mêmes environnements.

 

 

A moins que... les contraires ne s'attirent? Certaines études démontrent que l'être humain n'a pas tendance à être attiré par les personnes qui ont les mêmes habiletés ou spécialités. Ceci trouverait sa source dans le fait que les partenaires d'un couple évitent d'être en concurrence mais bien de compléter les ressources l'un de l'autre. 

 

En conclusion, de nombreuses études tendent à prouver que le diction populaire "Qui se ressemble s'assemble" soit assez proche de la réalité des relations interpersonnelles. Ceci implique également que lors des prémices d'une relation amoureuse, c'est-à-dire, dans la phase de séduction, il peut être judicieux d'insister sur les points communs plutôt que sur les différences.

 

Retour à la page Accueil >>

 

Bibliographie : 

 

Bédard, L., Déziel, J., & Lamarche, L. (2006). Les relations interpersonnelles. Introduction à la psychologie sociale - Vivre, penser et agir avec les autres (p215-248).Québec : Editions du Renouveau Pédagogique Inc.

 

Gruber-Baldini, A. L., Schaie, K. W., & Willis, S. L. (1995). Similarity in married couples: a longitudinal study of mental abilities and rigidity-flexibility. Journal of personality and social psychology, 69(1), 191.

 

Murray, S. L., Bellavia, G., Feeney, B., Holmes, J. G., & Rose, P. (2001). The contingencies of interpersonal acceptance: When romantic relationships function as a self-affirmational resource. Motivation and Emotion, 25(2), 163-189.

Please reload

Posts à l'affiche

C'est quoi l'Amour?

March 17, 2019

1/6
Please reload

Posts Récents

March 17, 2019

November 25, 2018

October 23, 2017

Please reload

Archives